La Grande Loge de France

gldfContinuatrice des premières Loges parisiennes de 1728, formalisée en 1738, la Grande Loge de France est l’obédience française la plus importante dans la pratique du Rite Ecossais Ancien et Accepté. Elle est en outre l’héritière des Loges écossaises placées au XIXème siècle sous l’autorité du Suprême Conseil de France fondé en 1804.

La Grande Loge de France, structurée en sa forme actuelle à Paris le 7 novembre 1894 par la réunification de ces courants, est dépositaire de cette tradition maçonnique symbolique : Apprenti, Compagnon et Maître.

La Grande Loge de France, puissance maçonnique indépendante et souveraine confond sa devise avec celle de la République : Liberté – Égalité – Fraternité.

Ordre initiatique Traditionnel et Universel fondé sur la Fraternité, la Grande Loge de France respecte les anciennes obligations traditionnelles de la Franc-maçonnerie Universelle : elle travaille à la Gloire du Grand Architecte de l’Univers, en présence des trois Grandes Lumières de la Franc-maçonnerie qui sont l’Équerre, le Compas et le Volume de la Loi Sacrée (qui, dans nos Loges, est la Bible).

Conformément aux « anciens devoirs » des bâtisseurs de cathédrales du moyen-âge, la Grande Loge de France a pour but principal le perfectionnement de l’Humanité. Exigeant de tous la tolérance, elle ne s’immisce dans aucune controverse touchant à des questions politiques ou religieuses.

Elle constitue une alliance d’hommes libres, de toutes origines, de toutes nationalités et de toutes croyances.

C’est l’initiation qui permet à chacun de se transformer et d’accéder à sa propre vie intérieure, à ce qui en lui est esprit et liberté, connaissance et amour.

La Franc-maçonnerie et ses principes

La Franc-maçonnerie a pour but le perfectionnement moral de l’humanité.

A cet effet, les Francs-Maçons travaillent à l’amélioration constante de la condition humaine, tant sur le plan spirituel que sur le plan du bien-être matériel.

Dans la recherche constante de la vérité et de la justice, les Francs- Maçons n’acceptent aucune entrave et ne s’assignent aucune limite.

Ils respectent la pensée d’autrui et sa libre expression. Ils recherchent la conciliation des contraires et veulent unir les hommes dans la pratique d’une morale universelle et dans le respect de la personnalité de chacun. Ils considèrent le travail comme un devoir et comme un droit.

Les Francs-Maçons doivent respecter les lois et l’autorité légitime du pays dans lequel ils vivent et se réunissent librement.

Ils sont des citoyens éclairés et conforment leur existence aux impératifs de leur conscience.
Chaque Franc-maçon est libre de faire ou de ne pas faire état de sa qualité, mais il ne peut dévoiler celle d’un Frère.

Les Francs-Maçons s’associent entre eux pour constituer, conformément à la tradition maçonnique, des collectivités autonomes qui prennent le nom de Loges.

Toute Loge se gouverne conformément aux décisions prises par la majorité de ses Maîtres Maçons mais elle ne peut s’écarter des principes généraux de la Franc-maçonnerie ni des lois de l’obédience à laquelle elle appartient.

Les Loges se groupent en Grandes Loges, Puissances nationales et indépendantes, gardiennes de la Tradition et des trois grades de la Franc-maçonnerie symbolique : ceux d’Apprenti, de Compagnon et de Maître.

Le Secret maçonnique

Le secret maçonnique est exclusivement de nature spirituelle.

Il réside dans le caractère absolument incommunicable de l’expérience initiatique. L’avoir vécu est toujours indispensable et il ne peut être restitué par un discours rationnel.

Pour être authentique et efficace, cette expérience initiatique ne peut exister qu’entre hommes pratiquant la même méthode, soumis aux mêmes règles, se réclamant d’une tradition commune, ce qui conduit à exclure des lieux où elle se pratique toute personne qui ne s’est pas engagée dans ce chemin.

Le secret maçonnique est requis du Franc-maçon sur deux points essentiels :
– Le contenu de l’initiation pour les motifs qui viennent d’être exposés.
– La qualité maçonnique d’autrui. En effet, si chaque Franc-maçon est libre de faire ou de ne pas faire état de son appartenance maçonnique, il ne doit jamais faire état de celle d’autrui.

Le Rite Écossais Ancien et Accepté (REAA)

La Grande Loge de France, Ordre initiatique, travaille aux trois premiers degrés du Rite Ecossais Ancien et Accepté, qui en compte 33. Ce rite, caractérisé par sa dimension spirituelle, est pratiqué par le plus grand nombre d’Obédiences dans le monde.

La Grande Loge de France invoque dans tous ses travaux le Grand Architecte de l’Univers, expression symbolique d’un Principe créateur non défini et librement interprétable par chacun des membres de l’obédience.

Les Constitutions d’Anderson ont été établies en 1723 par le Pasteur écossais James Anderson, lequel y affirme que la Franc-maçonnerie doit être le centre de l’Union d’hommes d’origines, de confessions, de conditions sociales et de cultures différentes qui ne se seraient jamais rencontrés.

La Grande Loge de France n’impose aucune limite à la recherche de la Vérité et c’est pour garantir à tous cette liberté, qu’elle exige de tous la tolérance.